Accueil AUTOMOBILE Les Nations Unies s’attaquent au problème des feux modernes trop lumineux

Les Nations Unies s’attaquent au problème des feux modernes trop lumineux

PARTAGER

Bi-xénons, feux matriciels, LED, toutes ces technologies ont fait avancer un domaine de l’automobile qui avait longtemps stagné : l’éclairage. Malheureusement, cela se fait parfois un peu au détriment de la vue des autres usagers de la route, de plus en plus nombreux à se plaindre des éclairages trop puissants. Un programme spécifique des Nations Unies qui compte mener une étude sur le sujet.

Les voitures n’éclaireraient-elles pas trop ? Aujourd’hui, particulièrement chez les constructeurs haut de gamme, qui amènent les innovations, les feux intelligents et surpuissants sont devenus légions. Laser, matrix light et autres Full LED sont des dispositifs qui permettent effectivement de mieux voir la nuit tout en ayant une lumière plus puissante et diffuse. Seulement voilà, ces éclairages représentent une vraie menace pour les yeux des plus jeunes et des personnes âgées, sensibles à la dégénérescence maculaire.

L’an dernier, déjà, l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) communiquait sur le danger des LED pour certaines personnes. Rappelons que les lumières bleues sont souvent nocives pour l’œil, ce qui amène d’ailleurs certaines personnes à porter des lunettes avec des filtres bloquant ce genre de rayonnement.

Au Royaume-Uni, de nombreux automobilistes se plaignent de plus en plus des éclairages de certaines autos récentes. Selon une étude, 65 % des sondés expliquent qu’ils sont régulièrement éblouis par cette nouvelle génération de feux, et mettent ensuite en moyenne six secondes avant de retrouver une vision correcte. Et ce phénomène ne touche pas que les organes d’origine puisque nombreux sont les propriétaires de véhicules à avoir modifié leur auto pour des phares d’aftermarket qui sont, souvent, bien loin d’être aux normes (lumière trop intense, trop bleue…).

Un problème tellement récurrent que les Nations Unies ont lancé un programme d’étude sur le sujet afin de chercher des solutions pour ne pas laisser trop faire les constructeurs. Les premiers résultats devraient tomber le mois prochain.

Facebook Comments