Accueil Lifestyle ECONOMIE « Air Sénégal ne sera pas une compagnie poussepousse»

« Air Sénégal ne sera pas une compagnie poussepousse»

PARTAGER

À l’occasion d’un déjeuner de presse initié hier par ses services, Philippe Bohn a « trinqué » à la santé de la nouvelle compagnie aérienne sénégalaise qui a étrenné, ce lundi 14 mai, sa première liaison commerciale entre Dakar et Ziguinchor. Annonçant un renforcement progressif de la flotte d’Air Sénégal, dont il est le directeur, il a tenu à dissiper les craintes relatives à la viabilité du projet, notamment face à une concurrence aux dents longues. Utilisant un langage pour le moins imagé, il a laissé entendre qu’«Air Sénégal ne sera pas une compagnie poussepousse».

Pour dire de manière parabolique, que l’exigence de qualité est au cœur des préoccupations de l’équipe dirigeante et du gouvernement sénégalais. Présageant un avenir radieux au pavillon national, il s’est réjoui à ce propos que la compagnie ait pu obtenir, huit mois après son arrivée à la direction, son permis d’exploitation aérienne (Pea) dans des délais aux standards internationaux. «Nous sommes dans un domaine où on ne peut pas cacher la poussière sous le tapis.

Il y a une exigence de précision, de sérieux et de rigueur si on veut répondre et souscrire aux règles du métier. Le Sénégal a une capacité d’émergence incroyable, et avo ir un pavillon national c’est le dresser le plus tôt possible, avec une technicité avérée, car nous sommes dans un domaine très concurrentiel». Assurant que l’achat d’aéronefs constitue l’un des placements avec un plus fort retour sur investissement de par le monde, il annonce d’ores et déjà un renforcement progressif de la flotte avec la réception de deux Airbus A330 Neo de dernière génération.

Dans un autre registre, le directeur d’Air Sénégal n’a pas manqué de tendre la main, au nom de la préférence nationale, aux pilotes sénégalais qualifiés et exerçant pour le compte d’autres compagnies. De plus, il a indiqué que la demande en pilotes et en mécaniciens d’avion qualifiés connaît une évolution telle, un peu partout à travers la planète, qu’il serait bien d’anticiper. Entre autres, en envisageant d’investir dans une école de formation aux métiers de l’aéronautique, recommande Philippe Bohn.

Facebook Comments