Accueil Lifestyle ECONOMIE BUDGET-2018 Les bons chiffres et les lignes sombres

BUDGET-2018 Les bons chiffres et les lignes sombres

PARTAGER

Le budget 2018 du Sénégal est estimé à 3709 milliards 10 millions de francs Cfa. Focus sur les principaux postes.

Le marathon budgétaire démarre ce samedi à l’Assemblée nationale.Le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ, fera face aux députés pour, officiellement, présenter le projet de loi de finances 2018. Celui-ci table sur un budget de 3709 milliards 10 millions de francs Cfa contre 3360 milliards de francs Cfa pour 2017, soit une hausse de 349,2 milliards. Ces fonds seront-ils dépensés à bon escient ? Un focus sur les différentes rubriques permet d’y voir clair.

En 2018, le gouvernement a décidé de booster le poste Investissement en lui consacrant 1339,5 milliards. Pour autant, le Fonctionnement ne perd pas son embonpoint.  Ce poste, compte non tenu des salaires, engloutira 785,5 milliards, contre 756,9 milliards en 2017. Soit une augmentation de plus de 29 milliards.

L’équation des salaires et de la dette

Pour les salaires, 867 milliards sont prévus. Ce qui représente près du quart du budget, 39% des recettes fiscales, rien que pour moins de 200 000 Sénégalais. Une entorse au critère de convergence de l’Uemoa en la matière. Ces dernières années, l’État a beau déplorer le gonflement de la masse salariale, la loi de finances 2018 est la preuve qu’il peine à y remédier.

L’autre grand poste qui inquiète, c’est le remboursement de la dette. L’Etat mobilisera 35,06% des recettes budgétaires, soit 839,8 milliards, pour faire face à ses engagements vis-à-vis de ses créanciers, contre 680 milliards en 2017. Ce qui révèle un gonflement de 160 milliards, soit le double du budget de la présidence de la République. Là aussi, malgré la volonté affichée de contenir le niveau de la dette, celui-ci de cesse de monter.

Pour sa défense, le ministère des Finances indique : «Ce montant (de la dette) est certes important, en hausse de 23,5% par rapport à 2017, mais il reste sous contrôle, comme le démontrent certains critères permettant d’apprécier la viabilité de la dette extérieure d’un pays (celle qui mérite le plus de surveillance, en raison notamment du risque de change).»

En route pour 2019

Quid du stock de la dette publique totale (l’encours de la dette) qui gonfle sans cesse ? Annoncé à 5 827 milliards 36 millions de francs Cfa à fin décembre 2017, «il est projeté à 6 420 milliards 65 millions à fin 2018», selon un aveu du ministère des Finances. Soit une augmentation de 593 milliards 29 millions en l’espace de 12 mois.

Dans tous les cas, le gouvernement a annoncé qu’en 2018, le Sénégal déroulera le budget le plus social de son histoire avec 426 milliards affectés aux couches vulnérables de la population. La cagnotte est répartie comme suit : 65,5 milliards aux bourses de sécurité familiale, 10,2 milliards au Programme des domaines agricoles communautaires, 104,2 milliards pour combattre le chômage des jeunes avec divers programmes en faveur de l’emploi et 32,3 milliards pour la Couverture maladie universelle (Cmu).

Ces dépenses sauront-elles faire reculer le chômage des jeunes, améliorer l’offre de santé et, in fine, permettre d’oublier les aspérités du budget 2018 ? En tout cas, celui-ci constitue le dernier instrument financier de poids dont dispose le chef de l’Etat pour convaincre les Sénégalais avant la présidentielle de 2019 ?

Facebook Comments