Accueil Lifestyle SOCIÉTÉ Simulation d’une opération d’accueil de réfugiés à Kidira après des attaques terroristes

Simulation d’une opération d’accueil de réfugiés à Kidira après des attaques terroristes

PARTAGER

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a organisé, mercredi à Kidira, un exercice de simulation d’une opération d’accueil de réfugiés fuyant des attaques terroristes dans un pays voisin, mobilisant aussi bien les forces de défense et de sécurité, que des populations de la commune.

Cette simulation est inscrite dans la deuxième phase d’un projet dénommé ‘’Engagement des communautés frontalières dans la gestion et la sécurisation des frontières au Sénégal’’ financé par le gouvernement des Etats-Unis et mis en œuvre par l’OIM. Elle a mobilisé au total quelque 500 personnes, dont 150 rescapés de l’attaque parmi lesquels des blessés et 200 membres des communautés locales, a constaté l’agence de presse sénégalaise.

La deuxième phase de ce projet couvre la période de mai 2017 à mai 2019, après que la première avait donné lieu, en 2016, à deux simulations à Matam et Saint-Louis, débouchant sur un plan d’urgence de gestion de crise frontalière. Celui-ci devrait aussi être testé à Kidira à la lumière des expériences passées.

Selon le scénario de cet exercice, un groupe de personnes traverse la frontière pour entrer à Kidira, pour échapper à des attaques terroristes. Sur place, un dispositif regroupant toutes les forces de défense et de sécurité sous un commandement unique, s’affaire pour gérer la crise, révèle la même source.

Les sapeurs pompiers, la croix-rouge, la gendarmerie, l’armée sont mobilisées autour du préfet de Bakel. Les blessés envoyés à l’hôpital regroupés dans un site d’accueil, les autres réfugiés regroupés dans un site d’accueil où ils ont reçu les premiers kits alimentaires.

Le maire de la commune, en tant que premier magistrat de la ville a servi d’interface, entre les forces de sécurité et les populations, en leur demandant à travers une radio communautaire de la place, de rester chez elles, le temps que la sécurité soit ramenée dans la ville.

Facebook Comments