Accueil POLITIQUE TAS PARLE DU MACKY ET CITE LES GRECS : ‘ Quand Dieu...

TAS PARLE DU MACKY ET CITE LES GRECS : ‘ Quand Dieu veut perdre un pouvoir, il le rend fou ! ‘

PARTAGER

Thierno Alassane Sall semble être certain d’une chose. Le régime Sall court vers sa perte. Invité du Grand Jury pour le  quatorzième anniversaire de l’émission, l’ancien ministre de l’énergie devenu membre de l’opposition et chef de parti, fait allusion aux ”errements” notés lors des dernières élections avec des bulletins de vote qui ont bizarrement manqué dans des localités comme Touba et largement disponibles dans des régions comme Fatick. Pour lui, tout est clair : ” cela a été délibérément organisé. Où est le Ngor dans ça ?” se posera-t-il, comme question. L’implication des services de l’État comme la Bms, l’utilisation massive de l’argent, montrent selon lui et à suffisance que la démocratie a reçu un sacré coup lors de ces joutes.

Il évoquera aussi l’affaire Khalifa Sall et le traitement particulier qui a  été réservé au maire de Dakar. Thierno Alassane qui souhaite une réforme de  la justice se plaira de rapporter les propos de certains Sénégalais qui s’étonnent de remarquer que les opposants politiques sont généralement victimes de poursuites judiciaires et de persécutions politiques venant des tenants du pouvoir. TAS de se désoler du fait que, concernant le maire de Dakar, ”  la justice ne s’est pas exercée de manière équitable . Il n’a pas bénéficié des mêmes dispositions que les comptables ”. Et d’ajouter  pour conclure ce chapitre ” quand Dieu veut perdre un pouvoir, il le rend fou ”.

Interpellé sur la présidentielle de 2019, le Thiessois dira ne point ériger en priorité une candidature personnelle du fait que son parti vient tout juste de naître. Il écartera toute idée, toutefois et de manière claire, de se retrouver avec le Président Macky Sall ou de se ranger derrière Idrissa Seck.

AIBD ET PATERNITÉ WADIENNE

Sur la question de la paternité de l’aéroport International Blaise Diagne,   Thierno Alassane Sall se range du côté de Wade. Pour lui, l’ancien Chef de l’État avait émis l’idée depuis 1991 et en faisait une affaire personnelle. C’est d’ailleurs, explique-t-il, les raisons pour lesquelles aucun effort n’était fourni pour agrandir l’espace autour de l’aéroport Léopold Senghor. Il fera certaines précisions sur le financement de l’infrastructure.

” Je dois rappeler que le premier point c’était le mécanisme de financement.
300 milliards sur les 400 milliards ont été déjà mobilisés. Les 100 milliards vont être payés par la RDIA ”.

Il indiquera toute sa disponibilité pour dire tout ce qu’il sait sur toutes les questions et surtout sur la question du contrat avec Total, par rapport au pétrole, surtout devant une commission d’enquête parlementaire.

Facebook Comments